English Website !
eng website  
   
 
     
 

 

 
 

Compétition de l'ASS Badminton à Jakarta
(Du 23 au 27 novembre 2016)

 
 
 
 
Vidéo de la compétition
 
© LFS 2016
JOUR 1
Salamat datang Jakarta !
Nous voilà revenus après une longue interruption dans la Mecque du badminton, au pays du volant de plume, là où pléthore de champions ont laissé une empreinte dans l’histoire de ce sport phare en Asie. Aux élèves du LFS de prendre la relève !
Avant de gagner, il faut… arriver. Notre voyage s’est bien déroulé et nous avons échappé aux terribles embouteillages de la ville. D’après un collègue, son record pour un trajet lycée - aéroport s’établit à 9h. Pas de mauvaises surprises et les élèves sont rapidement dirigés vers leurs familles, après l’accueil par les organisateurs de Jakarta.
A pied d’œuvre le lendemain à 8 h, c’est encore le bus pour rejoindre la Taufik Hidayat Arena. Un gymnase dédié à l’entrainement et aussi à la star locale, héros des JO d’Athènes, dans un sport qui est le seul qui apporte son lot de titres à l’Indonésie. Un lieu parfait pour jouer et idéal aussi pour transpirer. Que l’on se démène sur le terrain ou que l’on reste tranquillement assis dans les tribunes, c’est le même tarif pour le t-shirt qui pourra aller directement en machine le soir. Pas difficile de s’échauffer, la préparation des matchs qui viennent consiste surtout en un peu de sophrologie pour faire baisser la tension. Dès le bus, certains sont déjà plus silencieux, plus fermés, d’autres parlent à outrance : le stress ! « Monsieur, là j’commence à stresser », « Vous êtes sûr que c’est moi qui fait l’premier match ? Trop dur ! ». Et ça se sent sur les premières frappes, trop lourdes, mal ajustées, pas précises. Et puis au fur et à mesure, les élèves commencent à prendre la mesure de la salle, sont plus dedans, deviennent plus tranchants. Pour Mathilde (MPJ : meilleure progression de la journée), on passe d’un service court avec option casse-pipe et grosse sanction derrière (attaque au filet dans les dents !) à un super double mixte avec Léon et des services au cordeau. Et ce n’est pas fini, nos champions vont s’aguerrir au fil de la compétition. Pour Lauryn, les frappes deviennent plus consistantes, pour notre double U16 garçon (Matteo et Thomas), malgré la défaite, l’angélisme disparait dans les échanges progressivement, et sur son dernier match de simple Raphaël l’emporte en trouvant enfin la clé : ne pas jouer sur l’adversaire !
Evidemment, la victoire n’est pas toujours au bout. Désolé Jenna, c’était pas ton jour ! Demain les victoires ! En face, le niveau est costaud, notamment les jeunes indonésiens de l’association Sepuluh Bintang sont nettement plus forts qu’il y a 2 ans (0 victoire). Alexandre et Anatole doivent poser pour une défaite 21/13 avec 2 locaux qui font 2 têtes de moins. Pour Thomas, notre champion, les affaires sont corsées par un mauvais virus. Et puis il y a, chez les adversaires, des joueurs très axés bad. Chez nous, certains s’appuient sur de beaux acquis de tennis (et parfois sa passe) : Yui nous joue du Aranxa Sanchez version Rolland Garros (à droite, à gauche, à droite, à gauche, …) et Matisse s’arrache sur tous les points comme un Nadal. Peu importe, l’émulation de la compétition commence à prendre. Et puis avec le cri de guerre lancé par Jenna, l’équipe prend forme, de nos jeunes U12 aux vieux briscards U16.
Pour demain, même format de compétition : matchs de poule avec simple le matin et double dans l’après-midi. On souhaite l’identique à Chloé (que des victoires), plus de matchs pour Edgar (2 matchs seulement, donc grosse journée vendredi), un 21-20 en leur faveur pour le double Laurie-Anne/Yui et toujours du badminton champagne avec Balang ! Et Luane se souhaite « plus de victoires ».

Pour finir, vous pouvez retrouver tous les résultats en direct en suivant le lien indiqué ici :
http://lfjakarta.org/index.php?option=com_content&view=article&id=652:3-jours-au-rythme-des-volants&catid=116:actualites-cinefil&Itemid=895&lang=fr
   
   
   
 
JOUR 2
Here we go again !
Second jour de compétition pour nos jeunes pousses. Tout le monde est à l’heure pour le rdv au lycée, sauf … les encadrants ! Les hôtes ont l’habitude de passer entre les gouttes des embouteillages, les profs moins. Le plus gros bouchon se situe dans la « rue » du Lycée Français, complétement saturée par le rush du matin. Mieux vaut laisser le taxi et finir à pieds pour ne pas rajouter au retard.
Cela dit, comme hier, le programme de la compétition est géré à la perfection : départ, retour, lancement des matchs, collation sont ponctuels et s’enchainent facilement. Cela permet de profiter pleinement de la salle, d’autant que l’on joue le plus souvent sur 8 terrains. Les matchs peuvent s’allonger. Joués en 15 points la veille, on passe en 21 points sur les phases finales. L’occasion de rencontres plus accrochées, plus tactiques, les joueurs pouvant prendre la mesure de leurs adversaires. Du boulot pour les coachs !
La matinée est l’occasion de finir les matchs de poule, déterminant l’ordre des tableaux finaux. Chloé en U12 confirme sa lancée pour terminer en tête de tableau finale, et cela avec son calme olympien. A-t-elle seulement souri ? J’espère la voir gagner le tournoi, curieux de sa réaction. La sérénité des championnes ? Plus dur pour ses camarades qui accusent aussi la différence d’âge et de taille. Aleyza et Luane se battent courageusement en simple mais ce sera plus facile en double. Les élans de nos garçons U14 se brisent sur les petits vibrions indonésiens, ce qui crée peu à peu à « complexe indo ». Certains partent perdants en affrontant les locaux. Effectivement, ils s’entrainent 5 fois par semaine. Et pourtant il y a parfois moyen de passer. Notre double U16, Thomas et Matteo, entrent trop lentement dans leur match face à 2 indos qu’ils estiment imbattables. Erreur d’appréciation. Dans l’après-midi, Matteo s’ouvre les portes de la demi-finale en simple en battant un de ces joueurs. Jenna et Salomé ne passent pas loin de l’exploit face à un mixte (match non comptabilisé) indo et se rendent compte que c’est possible. Bref, les joueurs s’aguerrissent.
Et il faut s’accrocher dans la salle étuve. Le repas pris dehors permet de se rafraichir, grâce à une légère brise. Malgré les 30° du thermomètre, cela reste plus agréable que l’air saturé d’humidité du gymnase. D’ailleurs le trajet climatisé dans le bus permet de se reposer : une belle sieste pour le trio U14 Yui/Laurie-Anne/Mathilde dès 8 h du matin (couchées à quelle heure ces demoiselles ?). Et même tarif pour les U12 au retour.
Dans l’après-midi, les doubles rebattent les cartes. En simple, il faut couvrir le terrain, se déplacer vite et alterner courses sur le reculoir, contre-pieds, redémarrage vers l’avant. Exigeant, difficile pour les moins mobiles. On peut éventuellement se jeter sur le volant, spécialité de Balang et d’Anatole, qui n’hésite pas malgré un coude douloureux, quitte à se réceptionner sur la tête (!). C’est spectaculaire, héroïque, parfois ça marche. Mais difficile de gagner tous les points en mode Superman. Autre technique, Yui choisit l’essuie-glace pour couvrir le terrain. Ce qui lui permet de rejoindre le tableau principal. Pour Edgar, sa souplesse (grâce à l’escalade ?) lui permet de se contorsionner pour récupérer les volants les plus extrêmes. Et Thomas se met simplement sur la trajectoire des smashs qu’il renvoie par des coups réflexes incroyables. Mais le simple, cela reste une sacrée course. Le double : une autre affaire. Le terrain se divise par deux, les déplacements sont courts et en étant bien placés on peut gagner sans trop bouger. Evidemment il faut bien s’entendre ! Raphael prend quelques volants à Luane, sa partenaire de mixte. Yui assène un joli coup de raquette dans le bras de Laurie-Anne. Mais les résultats sont meilleurs pour nos joueurs de double qui ont peiné en simple. Jenna et Salomé retrouvent l’équilibre de leur campagne 2014. Matisse et Balang s’organisent avec de grands coups de fond de court pour le premier, de beaux coups de patte au filet pour le second. 1 victoire, 1 défaite. Même résultat pour Yui et Laurie-Anne, cette dernière profitant de sa puissance pour venger des simples moins convaincants. Même résultat pour Alexandre et Anatole qui réalisent des matchs accrochés.
Mais la star de la journée c’est Luane qui a droit à une ovation et un « Joyeux anniversaire » chanté par plus de 100 personnes. Pas banal !

A demain  
   
   
   
   
 
JOUR 3
J4, jour de finale !
Déjà le 3° jour de compétition et nous abordons les phases finales. Ou presque car de nombreux matchs de classement et même de poule doivent encore avoir lieu. Jenna et Salomé, Edgar et Lauryn ont encore la possibilité de se qualifier pour les demi. Et pour tous il y a des matchs pour profiter encore de la journée et se classer du 5° au dernier. Un programme chargé qui déborde, repoussant le déjeuner aux limites de résistance de nos jeunes affamés. Malgré la fatigue accumulée et la faim, l’envie de jouer est encore intacte. C’est l’occasion de jeter ses dernières forces dans la bataille. Certains ont déjà tout donné. Thomas, sur son dernier match de simple, n’a même plus la force de dégager le volant au fond du court. Anatole ajoute à un coude douloureux une cheville désobéissante (les lacets serrés !!) et une épaule… Sans doute joue-t-il au rugby pendant la nuit ? Pour Mathilde, c’est malheureusement le forfait (simple et mixte) et Laurie-Anne reprend le flambeau pour le mixte avec Léon.
Ces matchs témoignent des belles progressions qui sanctionnent 3 jours de jeu et aussi le fait de voir d’autres joueurs évoluer. Tout le bénéfice de l’enchainement des matchs paie enfin. Raphaël comprend bien davantage l’objectif de ne pas jouer sur l’adversaire. Pour Lauryn, c’est le jeu au filet en mixte qui est devenu performant. Son association avec Edgar donne enfin des matchs accrochés et plus tactiques. Et de manière générale les joueurs se repèrent mieux dans l’organisation des tableaux. Chaque catégorie dispose d’une table de marque où ils peuvent consulter les résultats et demander aux officiels les informations sur leur planning. Mais vers 13h, tout le monde demande .. l’heure du repas !
Pas le temps de chômer, les finales arrivent directement après. Et l’ambiance monte d’un cran puisque les matchs sont regroupés sur 4 terrains, au cœur des tribunes où sont installées les délégations. Ça chauffe dans un gymnase déjà bouillant ! Pour le cri de guerre, la médaille d’or revient assurément au LFS, emmené par notre cheerleader Jenna. Mais pour les encouragements, le groupe d’Indonésiens de l’association Bintang dépasse tout le monde. Les jeunes hurlent à chaque point, que ce soit les joueurs sur les terrains ou leurs supporters. Ils annoncent les frappes puissantes par une formidable onde sonore et les « So !!! » ponctuent chaque échange remporté. A chaque finale, l’enjeu déchaine les établissements, surtout quand les scores se serrent en fin de set.
Pour le LFS, ce seront les finales de Chloé (U12), Salomé (U16), Yui et Laurie-Anne (U14) en double qui vont entrainer l’équipe. Une évidence : girl power. Pour les garçons, les nombreux et talentueux Indonésiens, le manque d’expérience des plus jeunes, auront eu raison des ambitions. Seul Edgar s’est hissé en demi-finale. Il ne parvient pas à l’emporter face à un joueur de Bali très complet et régulier. Ce sera pour lui la petite finale.
Chloé est la première à débloquer le compteur de Singapour. Face à une joueuse de Ho Chi Minh, elle exploite à fond sa belle frappe de fond de court, déliée, toute en relâchement. Cela lui permet de mettre à l’abri un revers plus fragile. Elle s’impose avec autorité. Bravo ! Elle rajoute une breloque en argent avec Luane, pour le double féminin U12.
Puis c’est Laurie-Anne et Yui qui entrent sur le court. Yui assure la maitrise du fond du court grâce à sa mobilité et sa rapidité d’exécution. Impossible de la dépasser ou presque. Et Laurie-Anne. La révélation. Transformée par l’enjeu, elle contrôle le filet en se fléchissant dès que les volants sont bas, en étant présente sur tous les volants à portée, en frappant rageusement à la moindre opportunité d’attaque. L’inverse de ses autres matchs. Fantastique ! Notre paire s’offre logiquement la victoire.
Pour Salomé, la tâche est impressionnante. Face à elle, Olive de Jakarta montre le meilleur niveau de la compétition. Et pourtant les débats sont équilibrés au départ. Elle parvient intelligemment à mettre son adversaire en situation difficile, sur son revers ou par des volants dans les pieds. Ça marche et en face la joueuse gamberge, stressée par l’énorme soutien de toute la salle, dont l’ambassadeur de France qui est présent pour assister à quelques matchs. Mais le niveau se corse au fur et à mesure et Salomé s’incline finalement avec les honneurs. Comme Chloé, Salomé va chercher une seconde médaille dans le match pour le bronze, en compagnie de Jenna. Un match digne d’une tragédie grecque, Jenna débute le match en pleurs après la demi perdue d’un point puis ce sont les larmes de Salomé qui prend, dans le cou, un volant venu de .. sa partenaire. Mais les joueuses se reprennent pour s’adjuger une belle médaille.
Dernier match pour Edgar, encore confronté à un joueur de Bali. Notre joueur n’a pas le même bagage technique et un passage à vide en milieu de set le laisse à 13/18. Mais Spiderman se reprend : retours acrobatiques, reprises in extremis, amortis de la dernière chance lui permettent de refaire son retard. Il instille le doute. En vain, score serré de 21/19. Toutefois, Edgar sauve l’honneur de l’équipe masculine qui doit se contenter d’applaudir les 9 médailles apportées par les filles. Il remporte avec Lauryn le bronze en mixte, avec une superbe complémentarité entre 2 joueurs qui ont sacrément progressé. Comme Laure-Anne, Lauryn réalise une partie superbe en prenant le contrôle du filet sans trembler.
Voilà la compétition finie et les médailles sont remises - privilège - par l’ambassadeur de France, en présence des jeunes officiels du Lycée de Jakarta qui ont arbitré tous les matchs (14713 points au total sur 3 jours) et des familles hôtes qui ont accueilli vos enfants.

Nous vous remercions pour votre confiance.

Sportivement

Haseena Allapitchay & Quentin Scholtz
   
 

Article de Martin Courmont

 
     
 

 

 

 

bandeau bs